Aux guignols, parasites, assistés, oisifs, bien nourris de l’église Saint-Laurent !

foutons-dehors-guignols-saintlaurent

A propos de la « vente d’esclaves » mise en scène à Lausanne pour dénoncer l’esclavage des migrants.

Derrière cette mascarade mensongère et moralisatrice, à visée culpabilisante, il y a le décor de l’église Saint-Laurent. Cette église, déjà connue pour des manifestations « dérangeantes », n’est pas du goût de tous les protestants du canton. Cette manifestation va probablement encourager un peu plus la désertion des églises officielles.

Ce genre de phénomène va détourner de la foi chrétienne toutes les personnes en recherche de spiritualité qui ne supportent pas la propagande de gauche sans frein et qui ignorent que les églises évangéliques existent et ne marchent pas dans cette dérive qui correspond à l’esprit du temps et à un message biblique incomplet et trafiqué.

Il est affligeant, mais nécessaire, de devoir encore et toujours rappeler ces évidences :

1) L’esclavage est un phénomène qui a existé à peu près partout sur la terre et cela depuis la nuit des temps.
La traite négrière occidentale, condamnable comme toutes les traites, n’a de loin pas été la pire et a duré bien moins longtemps que la traite arabo-musulmane, plus cruelle et dévastatrice pour les populations noires d’Afrique.

2) Ce sont des Blancs, judéo-chrétiens pour la plupart, qui ont lutté très courageusement pour faire abolir l’esclavage dans une grande partie du monde. Ils y sont parvenus, ce qui n’est pas une des moindres contributions de leur part à l’amélioration de la condition de l’humanité (pour ne rien dire de la science, de la technique, des droits de l’homme, etc.).

3) Les horreurs vécues actuellement en Lybie (et sûrement ailleurs) par des migrants voulant rejoindre l’Europe ne sont en rien de la faute des Blancs. « Ces Africains sont volontaires pour leur aventure vers l’Europe et connaissent tous les genres de péripéties qui les guettent durant ce véritable « parcours du combattant ». Des exploiteurs en tout genre en profitent, il y a des viols, les Africains sont battus, exploités, les enfants maltraités, tout cela fait partie de la mentalité ambiante de certains et, bien que ce soit tragique, nous n’y pouvons rien. » https://lesobservateurs.ch/2017/11/28/migrants-esclaves-libye-leurope-coupable/

Les Blancs ont inondé l’Afrique de milliards et de milliards d’aide en tout genre et visiblement les effets escomptés n’ont pas été au rendez-vous. Les Noirs sont totalement responsables de ces échecs répétés.

Le mythe selon lequel les Blancs auraient «pillé les richesses naturelles de l’Afrique» est d’une stupidité monumentale. Sans les Blancs, les Noirs n’auraient jamais su ce qu’était ces «richesses naturelles», ni à quoi elles pouvaient servir. En fait, ce sont des Blancs qui ont presque tout apporté à l’Afrique.

Jacques Guillemain rappelle cette vérité incontestable : « […] en arrivant en Afrique nous (ndlr. les Blancs) avons trouvé l’esclavage, le cannibalisme, les sacrifices humains, les guerres tribales, les famines et les épidémies. »

Cette mascarade culpabilisante est jouée par des hommes de couleur, physiquement en pleine forme. Le passant lambda confronté à ce spectacle est censé compatir à ce drame dont il n’est en rien responsable. Il serait bien avisé de se rappeler les informations susmentionnées sans oublier les enjeux qui guettent sa personne, ses proches et son pays.

En effet, ces acteurs de couleur ne sont que la pointe de l’iceberg, ne sont qu’un avant-goût de la vague migratoire qui fonce vers l’Europe et va l’engloutir si rien n’est entrepris vigoureusement.

Aujourd’hui déjà, les charges (financières, sécuritaires…) imposées aux Blancs par les migrants déjà arrivés dans le mythique Eldorado européen deviennent insupportables. Il suffit d’avoir présentes à l’esprit les données suivantes :

A) Beaucoup de migrants avec permis d’établissement en Suisse sont assistés de multiples manières, ils coûtent bonbon à la Suisse,

B) Beaucoup de migrants en situation illégale en Suisse sont assistés de multiples manières, ils coûtent bonbon à la Suisse,

C) Parmi tous ces migrants présents en Suisse, beaucoup font des enfants, ils coûtent bonbon à la Suisse,

D) Parmi tous ces migrants présents en Suisse, beaucoup demandent ou demanderont, et obtiendront, un regroupement familial, ils coûtent bonbon à la Suisse,

E) Beaucoup de migrants avec permis d’établissement en Suisse font ou feront des mariages blancs avec des personnes sans permis d’établissement pour qu’elles obtiennent un tel permis, ils coûtent bonbon à la Suisse,

F) Beaucoup de migrants bénéficiant d’une assistance financière en Suisse envoient régulièrement des sommes importantes à leurs familles restées en Afrique, ils coûtent bonbon à la Suisse,

G) Beaucoup de migrants malades (tuberculose, palu, syphilis, sida…) sont soignés, gratuitement bien sûr, en Suisse, ils coûtent bonbon à la Suisse,

H) Beaucoup de migrants délinquants (drogue, viols, vols multiples, violence…) sont emprisonnés en Suisse (peines légères, prisons 3 étoiles, mesures de réadaptation coûteuses, expulsions effectives très rares), ils coûtent bonbon à la Suisse, et exaspèrent les honnêtes travailleurs qui n’arrivent pas à comprendre comment cela est toléré (ils ignorent totalement ce qu’est le pouvoir, en coulisse, des bobos dans les médias, la politique, l’enseignement…).

I) Beaucoup de migrants se livrent ouvertement au trafic de drogues, au vu et au su de la population et des forces de police (ces dernières sont tenues de respecter les ordres reçus), ils coûtent bonbon à la Suisse, et désespèrent les honnêtes gens (en particulier les commerçants dont les affaires périclitent dans des rues passantes devenues sales et peu sûres), qui protestent sans que rien ne change vraiment.

J) Une armada de fonctionnaires, d’ONG, procèdent à l’accueil, au contrôle (pauvres services de police et de renseignements, véritable paradis pour les interprètes, les travailleurs sociaux, certains secundos politiciens à la Addolorata Marra, à la Cesla Amarelle), à l’encadrement, au soutien, au bichonnage de ces envahisseurs, désignés faussement par le terme de migrants.

Au vu de tous ces éléments, il s’avère qu’esclaves il y a bien : ce sont les honnêtes contribuables mis aux galères pour payer la quasi farniente des innombrables assistés encadrés par des armées de psy-psys, d’assistants sociaux, de thérapeutes et d’ONG en tout genre.

Pour se convaincre de la véracité de ce diagnostic, il suffit de :

- Passer au centre ville aux heures d’ouvertures des commerces et d’ouvrir les yeux : attablés aux bistrots, la moitié des consommateurs sont des bronzés (qui ne consomment presque rien, faisant la misère des tenanciers et du personnel, qui n’osent rien dire de peur de se faire traiter de racistes). Il y a en permanence des tables occupées par des Africains, des hommes, tous en âge de travailler !

- Dialoguer avec finesse (pour connaître leurs véritables sentiments) avec certains de ces assistés dépendant totalement de l’assistance depuis des années, ils ont tous gardé leurs coutumes, leur communautarisme et… une haine envieuse et revendicatrice envers les Blancs.
Les Africains ont une posture victimaire anti-Blancs ; ils sont persuadés que les Suisses ne font pas preuve de générosité, et que tout ce qu’ils donnent leur est en réalité un dû. La haine du Blanc et le sentiment de revanche est le ciment de leur communautarisme (autrement, il n’y a pas plus raciste que les Africains, les incessantes guerres tribales sont là pour le prouver).

- Se rappeler que ces migrants se sont imposés en Suisse, et qu’ils ont pu le faire du fait que tant de braves Suisses se sont crus responsables de presque « toute la misère du monde ».
Le cerveau du peuple a été totalement lessivé par la propagande gauchiste, et cela s’aggrave encore. Le sentiment de culpabilité du Blanc est omniprésent en Suisse Romande.
Une serveuse suisse servant des tablées d’Africains a eu ce mot qui dit tout : « C’est maintenant à notre tour de travailler pour eux. »
Alors qu’elle trime à longueur de journées pour un salaire de misère, qu’elle s’assume et paie ses impôts !
La Suisse est le pays le plus généreux au monde et malgré cela beaucoup de Suisses se sentent coupables.

Alors, tout le cinéma de ces guignols oisifs et profiteurs, jouant aux esclaves, donne envie de vomir, FOUTONS-LES DEHORS !

Et rappelons-nous que, pour le moment, l’Europe n’a encore vu et subi qu’une infime partie de la vague migratoire africaine et du tiers-monde qui menace l’Europe et va l’engloutir si rien n’est entrepris vigoureusement pour se barricader.
En effet, ce ne sont pas quelques dizaines de millions de migrants à la Raspail*, mais bien des centaines de millions qui espèrent venir en Europe.

*Le Camp des saints est un roman de l'écrivain français Jean Raspail, publié en 1973. Il décrit les conséquences d’une immigration massive sur la civilisation occidentale, la France en particulier. Réédité huit fois.

Cenator, 4 décembre 2017

11 commentaires

  1. Posté par Maximus le

    Tout est dit
    tout est vrai
    Oui il faut foutre dehors ces parasites qui vivent sur notre salaire
    marre de ces fainéants

  2. Posté par Jerry Jack le

    C’est ça. Foutons-les dehors! Il ‘y a pas d’autres solutions.

  3. Posté par Antoine le

    Bravo Cenator, vous avez fait une analyse précise et concise de ce fléau du XXIème siècle !
    Je vous félicite pour pour votre style et la finesse de l’écriture.
    Je suis 100% d’accord avec vous. Agissons ensemble !

  4. Posté par Marc le

    Je lance l’idée d’une expropriation de l’église St.-Laurent, de la démolition intégrale de l’édifice et de l’édification d’un immeuble à loyer modéré en faveur exclusivement de citoyens suisses, géré par une fondation dont le conseil d’administration sera constitué uniquement de citoyens suisses responsables et non affiliés à la gauchiasse!

  5. Posté par Bussy le

    Et en fait, que cherchent les bobos en nous imposant ce cirque ?
    Certains, une infime partie, le font par idéologie, d’autres, un peu plus nombreux, pour faire tourner l’industrie de l’asile dont ils bénéficient, mais la majeure partie, que cherchent-ils ?
    Ne paient-ils pas de plus en plus d’impôts ? Soit c’est le cas et donc ils se tirent une balle dans le pied, soit ils n’en paient pas et sont eux-mêmes assistés et devraient se dire que plus ils seront, plus les parts du gâteau seront petites…
    Sans parler de l’insécurité qui tôt ou tard touchera tout le monde, y compris les bobos qui ont les moyens de se mettre actuellement à l’abri.
    Et tous ces bobos, n’ont-ils pas d’enfants ou de petits-enfants ? Contents de leur réserver un avenir dans la misère, la charia et les guerres tribales que leurs petits protégés nous amènent dans leur grande gratitude ?
    Faudra-t-il aussi foutre dehors ces bobos ?

  6. Posté par Danielle Borer le

    Excellent article qui résume parfaitement comment ces « migrants » sont en train de spolier la Suisse et l’Europe malgré les milliards et les milliards déversés sur leur continent depuis des lustres. Incapables de développer leurs pays, ils continuent à vouloir culpabiliser le peuple qui n’en peut mais et à exiger qu’on les prenne en charge; ça suffit !

  7. Posté par Claire le

    Analyse tout à fait pertinente. Il est évident qu’en tant que pays colonisateur, la Suisse doit payer pour le mal qu’elle a fait subir à ces pauvres Africains et allogènes de tout poil!!
    En fait, c’est l’homme blanc qui est responsable de tout le malheur du monde et, en cela, il doit payer, cela inclut la femme blanche, violée en priorité pour se venger du sus-nommé et imposer le métissage, ce qu’ont toujours fait les hordes barbares qui ont déferlé pendant des millénaires un peu partout.
    Jean Raspail est totalement visionnaire, et bien sûr, son livre est mis à l’Index par toute la bien-pensance. Si « seulement » 1/4 des Africains ont envie de venir se faire entretenir en Europe, au lieu de travailler à développer leurs pays, cela nous fait environ 300 à 400 millions d’entre eux qui vont débarquer. Agréable perspective du vivre-ensemble… Sauf que là, nous ne serons pas assez nombreux pour les entretenir!

  8. Posté par Damien Francois le

    Gauchiasse, Arabes, Africains, muz: tous dehors. Simple et efficace! Let the show begin!

  9. Posté par Aude le

    C’est aussi ces pasteurs et soi-disant bonnes âmes de l’église St Laurent qu’il faudrait virer.
    Je plussoie, sans réserve à ce qui est déclaré dans ces colonnes.
    Et croyez bien que ça se discute ouvertement dans les campagnes.
    C’est bien à Lausanne que Les autochtones se censurent de peur de subir les foudres de l’armée haineuse des si bien-pensants.

  10. Posté par Alain le

    Vraiment l’église de Laodicée dans l’Apocalypse !

  11. Posté par Loulou le

    Merci pour cet article qui résume en tous points ma pensée.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.