Les lanceurs d’alerte ne sont pas assez protégés en France, selon l’écrivain Thomas Dietrich (VIDEO)

post_thumb_default

 

Thomas Dietrich, haut fonctionnaire, lanceur d'alerte et jeune romancier primé, était présent au salon du livre des lanceurs d'alerte qui s'est déroulé les 2 et 3 décembre à Paris.

Il a accordé une interview à RT France, au cours de laquelle il a clarifié la notion de lanceur d'alerte et déploré la fragilité de ce statut en France. Il a également rappelé l'importance de consacrer un livre sur chaque alerte, afin d'analyser son contenu à froid et lui assurer une plus grande crédibilité auprès des médias.

Il démissionne pour dénoncer les pressions du ministère de la Santé sur une instance censée être indépendante

Thomas Dietrich s'est distingué en février 2016 lorsqu'il a choisi de démissionner de ses fonctions de responsable du secrétariat général de la Conférence nationale de santé (CNS). Lors de son départ, il a remis un rapport à sa hiérarchie expliquant l'incompatibilité de sa mission avec les moyens qui lui étaient fournis. Mettant en lumière de graves dysfonctionnements au plus haut sommet du ministère, le document a ensuite fuité dans la presse.

Cet organisme qu'il a dirigé pendant presque un an a pour objectif de rendre des avis indépendants afin d'éclairer les députés et le ministère. Mais Thomas Dietrich a estimé que son travail n'était pas indépendant du ministre de la Santé de l'époque : Marisol Touraine. Un débat sur la vaccination a notamment mis le feu aux poudres et accéléré le départ du lanceur d'alerte.

Lire aussi : Des activistes anti-vaccins traînent quatre laboratoires en justice

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.