Suisse. Caisses maladie: Le Conseil fédéral veut réduire les rabais liés aux franchises hautes

socialistes Conseil fédéral

Le taux de 70% serait maintenu pour la franchise de 1000 francs, et il baisserait à 60, 55 et 50% pour les franchises de 1500, 2000 et 2500 francs.

Le Conseil fédéral tient à revoir les rabais liés au choix d'une franchise dans l'assurance maladie. Face à la bronca soulevée par son projet, il est toutefois disposé à examiner avec le Parlement comme les échelonner afin de promouvoir au mieux la responsabilité individuelle.

(...)

Source

 

10 commentaires

  1. Posté par Dan Ruegsegger le

    A propos des pourcentages (sport cérébral!): Il est envisagé de moduler les rabais ou réductions de prime en fonction de la franchise à option choisie. D’après l’article source, selon ma compréhension, pour une franchise de 500 fr., la prime à payer égalerait le 80% de la prime de base; franchise de 1000 fr.: 70% (sans changement); franchise de 1500 fr.: 60%; etc.

  2. Posté par Marie-France le

    Comme Peter Bishop, je n’ai rien compris.. à ces pourcentages…

  3. Posté par rikiki le

    Serait-il possible, avant que ces 7 corniauds prennent des décisions, d’avoir une fois la transparence des comptes des caisses maladies. 1700.- de prime pour un couple ayant pris ses responsabilités Lamal et complémentaires comprises par mois, de qui se moque-t-on ? C’est combien l’AVS ?

  4. Posté par alberto le

    Mon toubib me dit…tu peux prendre une franchise de 60.000 frs….ce
    .qui est hors la loi….bien sûr. …auprès d’une assurance quelconque..tu payes environ 40 frs par mois de prime maladie..garantie par une cédule hypothecaire ou autre….quand on n’est jamais malade…on peut se permettre de prendre une franchise à 60.000 frs…on est assuré à la Lamal quand même. ..

  5. Posté par Sergio le

    Mieux promouvoir la responsabilité individuelle. Formule lénifiante du PS qui signifie augmenter le ou les prix.

  6. Posté par Antoine le

    Mme Trois pattes (Dreifuss) nous a légué une nœud de vipères dont certains/nes se frottent les mains (les caisses maladies et les lobbyistes à Berne !)
    Plus ça va et moins ça va !
    Dans le canton de Vaud, 25% des assurés ne peuvent plus payer leur assurance obligatoire.
    Donc, c’est vous et moi qui payons avec nos impôts !
    M. Broulis traite le service social de RAPACE ! Il faut que M. Maillard se penche sérieusement sur le problème (GRAVE PROBLÈME !)

  7. Posté par Peter Bishop le

    J’avoue n’avoir rien compris à cet article… Je dois être con mais c’est quoi ces pourcentage ? De quoi on parle ? Et qu’est-ce qui change ?

  8. Posté par Cécile le

    Les multis et leurs directeurs se remplissent les poches et le peuple doit se serrer la ceinture. Bravo! Notre gouvernement fait les poches des citoyens car il ne veut pas trouver une autre solution.

  9. Posté par UnOurs le

    Témoignage de premier-main de la part d’une personne travaillant dans le domaine de l’orthopédie: petit vieux de souche qui doit se traîner sa vieille prothèse toute pourrie parce que l’AI n’autorise pas de changement avant un certain délai, aucune négociation possible avec les services concernés. « Migron » probablement simulateur qui demande une orthèse complexe pour son dos « pas de souci, vous envoyez la facture à la commune » (sic).

  10. Posté par Pépé le Moko le

    on aimerait savoir combien coutent nos migrants pour la santé, dentistes, orthopédie etc.
    Le personnel politique suisse n’est plus au service du peuple mais n’est plus que la pour nous faire cracher de nouvelles taxe, climat, essence, mazout, vignette autoroutes et Billag.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.