Sur YouTube, le village gaulois résiste encore !

resistance_1945_05_08A

Il n’aura échappé à aucun observateur que depuis plusieurs mois Twitter et Facebook « font le ménage », éradiquant des profils au nom de la « démocratie ». C’est sans doute pourquoi ce sont des profils considérés comme étant de droite et appartenant à la prétendue « fachosphère ». Un dernier village gaulois résiste-t-il encore sur YouTube ?

De la politique mise en œuvre par les dieux des nouvelles religions éthérées que sont Twitter et Facebook, politique de nettoyage idéologique, le dessinateur Marsault est figure de proue. Il n’est pas le seul, divers journalistes, éditorialistes ou écrivains catégorisés parfois à « l’extrême droite » et membres d’une prétendue « fachosphère » ont vu leurs profils Facebook être supprimés, et n’ont souvent plus la possibilité d’en recréer un. Facebook, mais aussi Twitter, affirmant agir au nom de la démocratie. Dans ce brave new world la démocratie est appelée à la rescousse de l’interdiction de s’exprimer. Car il s’agit ici de délits imaginaires d’opinion : la majorité des profils supprimés étant ceux de personnes ou de groupes n’ayant pas été condamnés par les tribunaux, on supprime donc en dehors de toute légalité les opinions qui dérangent. Qui sait sur quoi se base le contrôle ainsi mis en place ? Sinon sur une vague nébuleuse d’opinions autrefois qualifiées de « camp du Bien » par Philippe Muray, en gros tout ce qui fait la pensée dominante et bien-pensante actuellement majoritaire dans les médias français. Face à cela, la Gaule s’appelle-t-elle YouTube ? Petit tour de piste non exhaustif.

Sur YouTube, il y a la gauche

[...]

Sur YouTube, il n’y a pas que la gauche

Pour l’instant du moins. Et pour combien de temps encore ? YouTube serait envahi par la « fachosphère ». Le plus « inquiétant » serait Raptor dissident, évoqué plus avant. Personne, évidemment, ne considèrerait que les chaînes évoquées plus haut appartiendraient à une sorte de « gauchosphère » démocratiquement rédhibitoire. C’est pourquoi certains YouTubeurs clairement classés ailleurs qu’à gauche par les observateurs des médias officiels prennent les classifications à rebrousse-poil, se moquant de ce dont ils peuvent éventuellement être accusés. Ainsi, J’Suis pas content, dans sa vidéo « Dur dur d’être un conspi ! » ou sa critique amusante des fanatiques de « l’identité de genre ». J’Suis pas content est suivi par plus de 100 000 abonnés. D’autres, comme Lapin Taquin ont actuellement moins d’abonnés à leur chaîne (25 000) mais des vidéos visionnées entre 50 et 100 000 fois, dont certaines considérées comme très drôles en leur acerbe critique de la société contemporaine, ainsi « Les strêmegauches », ou près de 200 000 fois, comme « Le cas Théo ». On trouvera un entretien avec le YouTubeur ici. Il y a aussi Peno, Le Chat Patriote, le rappeur Kroc Blanc, dont la vidéo « Je vote FN » a été vue plus de 500 000 fois en trois ans, ou Valek. À l’image de celle de ce dernier, il n’est pas rare que leurs chaînes soient fermées par YouTube. Le Chat Patriote est plus directement militant avec des vidéos comme par exemple « Le FN un parti fasciste ? Non », visionnée 70 000 fois. On peut retrouver la plupart de ces YouTubeurs lors d’une table ronde. Peno est lui aussi plus directement engagé sur le plan identitaire. Cette vidéo aidera à comprendre pourquoi : « La fête du cochon ». [...]

De l’inquiétude en médiacratie officielle

Francetvinfo, organe médiatique d’État, rarement critiqué dans les autres médias officiels en tant qu’il serait un organe de propagande, ce qu’il est pourtant, échappant donc au soupçon qui pèse instantanément sur une chaîne comme RT France par exemple, s’inquiète assez du poids des YouTubeurs ne pensant pas comme il faut pour consacrer un grand reportage à l’un d’entre eux, Raptor dissident, fin novembre 2017. La radio d’État se mettait en réalité, comme souvent, dans les pas de la presse de gauche, Les Inrockuptibles dans ce cas précis. Le lecteur curieux retrouvera l’intégralité de ce reportage ici. Sa chaîne YouTube est suivie par un peu moins de 600 000 abonnés, d’après Francetvinfo, et certaines de ses vidéos ont été vues plus de 1,3 millions de fois et parfois censurées. Raptor dissident ne s’engage pas directement en faveur du Front National ni de Marine Le Pen, lesquels sont de son point de vue trop peu identitaires, et obtient de très gros succès sur YouTube, réussissant même à se hisser parmi les chaînes « tendance ». [...]

suite: https://www.ojim.fr/youtube-village-gaulois-resiste/

3 commentaires

  1. Posté par Varven Fel le

    Sites de secours:
    -hooktube, si une vidéo n’est pas visible dans votre pays, vous recopiez son adresse, et vous remplacez dans celle-ci le you par hook,
    – Bitchute: on peut y uploader des vidéos censurées par youtube, on peut y regarder des vidéos censurées par youtube,
    -pewtube, pareil ci-dessus, sauf qu’y ouvrir un compte pour visionner ne nécessite aucun adress mail, aucun numéro de téléphone: un pseudo, un mot de passe, et c’est bon.

  2. Posté par lafronde le

    merci aux observateurs helvètes de relayer cet article de l’OJIM. Grâce auquel j’ai pu faire connaissance de ces sites dissidents qui m’étaient inconnu ! Toute manœuvre de censure provoque une tentative pour y échapper. Ironie et dérision sont les réponses appropriées au politiquement correct, qui est une pathologie déprimante.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.