No Billag: Céline Amaudruz face à Jean-Jacques Lagrange

No Billag-AvecFactureEXC

Oui ou non à «No Billag» Rarement initiative fédérale aura mis le monde des médias au cœur d’une votation populaire. La proposition de supprimer la redevance obligatoire qui apporte trois francs sur quatre à la SSR et à ses chaînes radio-TV et Web aux quatre coins du pays a déclenché des débats passionnés sur plusieurs thématiques: le mode de financement de l’information, le rôle de la SSR dans la culture suisse, le (ou la) mode du «pay per view» (tu paies seulement ce que tu regardes, écoutes, consultes ou lis), l’indépendance des médias et des journalistes et la qualité de leurs produits. Notre premier face-à-face oppose Céline Amaudruz, conseillère nationale UDC et Jean-Jacques Lagrange, cocréateur de TV Genève et de la TSR. Réponse à une question qui se résume à un oui ou un non le 4 mars :

 Suite

3 commentaires

  1. Posté par bigjames le

    Moi ce que je souhaiterais, c’est que Parmelin et Maurer se positionne clairement sur cette votation et le fasse savoir.
    Juste pour savoir de quel bord ils sont !

  2. Posté par conrad.hausmann le

    Les omissions volontaires sont aussi des » Fake-news »! Mais avec ces canards on sait à quoi s’en tenir.

  3. Posté par aldo le

    Comprendre LES MOTIVATIONS DE LA PRESSE CONTRE NO-BILLAG PASSENT PAR CETTE PROFESSION DE FOI http://planetephotos.blog.tdg.ch/media/01/01/11749092.jpg
    Avec les affichettes Tamedia-Pravda uniformes de ce jour, on comprend encore mieux les scélérats qui se dressent devant NO-BILLAG. A leur lecture mettant en exergue le sondage soi-disant triomphant des anti-NO-BILLAG , on peut sans doute penser que c’est la fin. Et bien pas du tout, car c’est un coup de force médiatique qui ne pourrait pas exister si nous avion des médias bien diversifiés. Or pas plus la SSR Billag & Co ne le sont, puisqu’ils servent toujours la même soupe aux cliques écolo-gauchistes qui comptent ainsi nous obliger à bouffer leur propagande et surtout à en partager ses coûts. Pour manipuler l’opinion ils ont l’art de toujours aller chercher des nuls soi-disant de droite, surtout s’ils partagent les mêmes Loges…

    NULS CES SONDAGES MENSONGERS,. ESSENTIELLEMENT PREUVES DE LEURS PANIQUES (ils ont les vrais, ces charognards !) ET SURTOUT DEMONSTRATION D’UNE ACTION COORDONNEE ET TOTALITAIRE DE CET AUTRE PARFAIT MONOPOLE MEDIATIQUE DES GAUCHES, LA PRESSE ECRITE QUI CRAINT AUSSI D’ETRE LA CITADELLE SUIVANTE QUI SERA LIQUIDEE, APRES LE TRIOMPHE DE NO-BILAG.

    La démonstration repose sur l’analyse des affichettes. D’habitude, Tamedia-Pravda veille à soutenir des faits d’actualité diversifiés pour se répartir les acheteurs aléatoires, pouvant être intéressés par d’autres faits . Or en l’espèce, ils abandonnent cette stratégie pour créer le buzz et mobiliser les idiots utiles, habituelle matière première de cette dictature gauchiste totalitaire.

    La Tribune de Genève et 24heures avaient pourtant sous la main, le fait divers idéal pour vendre du papier s’ils n’étaient pas complètement politisés écolo-gauchos. Une affichettte

    « U N I A E S C R O C S S U V A »

    pouvait très bien faire l’affaire. Mais là encore UNIA, le syndicat chouchou, de cette peste médiatique, faussement diversifiée n’a pas passé à l’abattoir, grâce au sondage bidon sur Billag. Deux pierres d’un coup… Le buzz bidon contre NO-BILLAG et le silence de plomb pour UNIA.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.