2 commentaires

  1. Posté par miranda le

    Merci Anne pour cette démonstration, chiffre à l’appui.

    Mais nous sommes bien d’accord, la violence existe des deux côtés. Dans des proportions nettement différentes, parce que nous ne sommes pas sous « les effets d’un même système hormonal ».

    J’ai découvert cela après la « ménopause » qui nous conduit à un peu, moyennement, ou beaucoup, selon les cas, à nous masculiniser. J’ai pu mieux comprendre l’expression « hormonale » de la violence de certains éléments masculins. Car je devenais, moi qui était douce…… assez souvent irascible, de la même façon que les hommes de ma famille.

    Etrange expérience qui m’a obligée à essayer de comprendre la condition féminine et la condition masculine. Si nous sommes « gérés par notre histoire personnelle » nous sommes aussi « gérés » par nos hormones.
    Heureusement que mère « raison » nous a été donnée.

  2. Posté par Anne le

    Plusieurs bons points dans cette vidéo, mais je déplore son approche des violences conjugales, qui est très simpliste. S’il est vrai que la violence est partagée entre hommes et femmes, le degré de violence est très différent. Ainsi, au Canada, où j’habite, les statistiques officielles du gouvernement au sujet de la violence familiale démontrent que parmi les victimes, plus du tiers des femmes sont victimes de violences graves. Entre une femme qui s’énerve et donne un coup de poing à son conjoint qui lui laisse un hématome, ou un homme qui s’énerve et fracasse la tête de sa compagne, il y a quand même une différence. Ou bien encore, pour le dire autrement, en 2016, en France, sur les 138 meurtres conjugaux, 110 étaient le fait d’hommes et 28 le fait de femmes. Alors quand Yann Carrière affirme que les femmes sont même plus violentes que les hommes, il faudrait quand même raison garder.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.