Allemagne : interminables négociations sur l’immigration

post_thumb_default

 

Depuis plus de quatre mois que les élections législatives se sont déroulées, Angela Merkel, dont le parti CDU est arrivé en tête mais avec une majorité insuffisante, a bien du mal à former une nouvelle coalition de gouvernement. Après l’échec des négociations avec les libéraux et les écologistes, en grande partie sur la question de l’immigration, les partis de centre droit CDU-CSU tentent tant bien que mal de trouver un accord avec les sociaux-démocrates du SPD pour reconduire la grande coalition en place depuis 2013. Martin Schulz, le leader du SPD, avait exclu une telle solution au lendemain de la défaite cuisante de son parti aux élections de septembre, mais il a finalement changé d’avis pour éviter une répétition des élections.

Comme LR en France, les partis de centre droit allemands (la CDU et son parti frère bavarois CSU) sont piégés par la diabolisation – à laquelle ils ont beaucoup collaboré – d’un parti qualifié abusivement d’extrême droite, en l’occurrence l’Alternative pour l’Allemagne (AfD). Maintenant que l’AfD a fait son entrée dans la plupart des parlements régionaux et au parlement fédéral, cet ostracisme stupide réduit leur capacité à gouverner, puisque, avec leur dérive immigrationniste et libérale-libertaire, ils ont perdu la frange droite de leur électorat.

Avec le SPD, la CDU-CSU a réussi à s’entendre sur les grandes lignes de la future politique d’immigration. Le nombre d’immigrants acceptés chaque année sera plafonné à un niveau compris entre 180 000 et 220 000. Pour ce qui est du regroupement familial, actuellement suspendu après le tsunami migratoire de 2015-2016, il reprendra à partir d’août prochain mais sera plafonné à 1 000 arrivées par mois. D’autres points d’accords concernent la création de 15 000 nouveaux postes de policiers, la possibilité de retirer la nationalité allemande aux binationaux condamnés pour terrorisme à l’étranger (mesure concernant notamment les citoyens allemands partis combattre avec l’Etat islamique), ainsi que diverses mesures sociales et fiscales, y compris une augmentation des aides pour les familles avec des enfants.

Les négociations devaient aboutir dimanche, puis le délai a été reporté à lundi, et ensuite à mardi, sans que l’on sache vraiment combien de temps il faudra encore réellement pour que les trois partis (CDU, CSU et SPD) se mettent d’accord sur un programme de gouvernement. Si un accord est trouvé, il devra encore obtenir un vote favorable d’une majorité des 443 000 membres du SPD, ce qui n’est pas gagné d’avance. En janvier, la convention du SPD n’avait donné son feu vert aux négociations avec la CDU-CSU qu’avec une majorité de 362 voix sur 642 délégués. La crainte d’une nouvelle progression de l’AfD en cas de répétition des élections pourrait toutefois jouer sur la décision des militants. Inversement, la crainte du SPD est, en renouvelant la grande coalition, de faire de l’AfD la seule vraie force d’opposition. Quoi qu’il en soit, en cas d’accord de coalition il faudra attendre plusieurs semaines pour savoir si Angela Merkel a l’accord des militants du SPD pour continuer de gouverner.

Cet article Allemagne : interminables négociations sur l’immigration est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par miranda le

    INTERMINABLES POUR NE PAS DEPLAIRE A QUI? LES BLOQUER, LES RALENTIR POUR NE PAS OFFENSER QUI ? CA NE S’APPELLERAIT PAS « MR SOROS OU LE NOM? » PAR HASARD.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.