Au nom d’Allah, Abdeslam défie la justice

post_thumb_default

 

Insupportable numéro que celui auquel s’est livré le seul survivant des massacreurs djihadistes du 13 novembre, qui avait lui-même exigé d’être jugé à Bruxelles. Portant la barbe islamiste, refusant de se lever et de répondre au juge, sauf pour prononcer des paroles hostiles à son encontre, se livrer à un réquisitoire contre la justice et répéter qu’il n’a de compte à rendre « qu’à Mon Seigneur Allah ».

« Les musulmans sont jugés et traités de la pire des manières, impitoyablement, sans présomption d’innocence », a lancé Salah Abdeslam aux magistrats. C’est sans doute pour cela que les égorgeurs de Daesh font tous des pieds et des mains pour rentrer d’Irak et de Syrie et se mettre sous la protection et la clémence des tribunaux européens.

Le franco-marocain de Molenbeek est jugé dans un premier temps pour sa participation à une fusillade avec des policiers à la fin de sa cavale le 15 mars 2016, rue du Dries, à Forest. Comme il refuse de répondre et se paye la tête de tout le monde, le procès va être raccourci. Manifestement, si Salah Abdeslam avait demandé expressément à comparaître à Bruxelles, c’était uniquement pour débiter sa propagande. Et son avocat, pris de court, a demandé une journée de suspension pour refaire sa plaidoirie. L’autre prévenu, le Tunisien Sofien Ayari, arrêté en même temps qu’Abdeslam et actuellement incarcéré à Liège, répond qu’il ne se souvient plus, qu’il n’a rien à déclarer ou qu’il a déjà « tout dit » aux enquêteurs. Il confirme qu’Ibrahim El Bakraoui, l’un des kamikazes de l’aéroport de Zaventem, passait régulièrement rue du Dries. Et que, dans les flots de migrants arrivés en Allemagne, il aurait rencontré « par hasard » Osama Krayem, soupçonné d’avoir acheté des sacs utilisés pour les attentats de Bruxelles.

Il est totalement aberrant et contre-productif que des tueurs fanatiques comme Abdeslam qui ont fait des dizaines de morts, tué des hommes, des femmes et des enfants de sang-froid agissant au nom d’un régime religieux qui massacre, égorge, lapide, brûle vif, torture dans des cages, soient jugés et traités de la même façon qu’un délinquant lambda. Ça n’a pas de sens. Le fiasco du procès du frère de Mohamed Merah n’a pas servi d’exemple. Les pays européens refusent de prendre en considération le problème islamiste comme tel, spécifique, à part. Dans les prisons comme dans les procès, les islamistes radicaux doivent être considérés comme des détenus et des prévenus particulièrement dangereux, ingérables, demandant des mesures particulières et des tribunaux d’exception.

A quoi sert d’organiser ce procès de Bruxelles, qui précède le prochain procès de Paris ? A quoi bon mobiliser des centaines de policiers des forces spéciales, de gendarmes du GIGN, des convois blindés, des hélicoptères, des dizaines de magistrats, des heures et des heures ? Et le transport à grands frais aller-retour chaque jour à la prison de Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais, où les gardiens ont été précisément victimes d’un attentat islamiste il y a quelques semaines. Tout ça pour rien. Pour se faire cracher à la figure, s’entendre répéter : « je n’ai pas peur de vous » et chanter les louanges d’Allah. Les victimes des attentats de Paris et de Bruxelles n’obtiendront rien de Salah Abdeslam. Aucune explication, aucun repentir. Si au moins nos tribunaux pouvaient éviter de servir à nos frais de tribune islamiste…

Cet article Au nom d’Allah, Abdeslam défie la justice est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par Anne le

    Ces djihadistes sont des guerriers, ils doivent donc être jugés par une cour martiale et vu la dangerosité particulière de ces guerriers, la peine de mort devrait être rétablie, non comme vengeance, mais comme légitime protection de la société.

  2. Posté par Yolande C.H. le

    Donner la légitimité à la législation coranique, ça leur suffit amplement. Pour ceux qui ne passent pas devant la justice, il est impossible de savoir quelle législation ils reconnaissent, celle citée ou les lois de la République. Mais une chose est certaine, c’est soit l’une, soit l’autre.

  3. Posté par Léo C le

    En général il arrive que la justice en prison se fasse naturellement et de façon plus expéditive; notamment pour les assassins d’enfants. Cet infect déchet devrait, au regard de ses actes encourir la même sanction.
    Comme pour ajouter à l’ignominie, 80 % de la population carcérale en France est de ses congénères; il a été applaudi et le sera d’autant plus encore.

    Un jour, la peur devra changer de camp et changera de camp.

  4. Posté par Bussy le

    Moi je suis pour qu’il fasse très vite connaissance avec ces 72 pauvres vierges soumises….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.