Procès stalinien inouï au Parlement européen contre la Hongrie

doigts-pointes-marteau-de-juge

C’est avec stupeur que nous avons lu les articles des médias francophones sur la séance du Parlement européen (PE) qui s’est tenue le 26 avril 2017. Nous n’avons rien trouvé qui s’approchait vraiment de ce qui venait de se dérouler dans les enceintes de la Tour de Babel. Même le Visegrád Post (dont le fondateur Ferenc Almássy nous semble être un proche du Jobbik) ne fait pas mieux puisqu’il n’a publié aucun article.

C’est pourquoi nous avons décidé de donner un résumé détaillé ce qui s’est passé au PE ce jour-là. Le mobbing, la malhonnêteté, la mauvaise foi, le déchaînement de haine des parlementaires qui ont attaqué la Hongrie dépassaient tout ce que nous aurions pu imaginer. Un vrai travail de tueurs à gages. (Un véritable « Procès de Moscou » pour ceux qui se souviennent du sens de cette appellation.)

******************

Rappelons que, « dans un projet de résolution, la commission des Libertés civiles du Parlement européen veut recourir à l'article 7 du traité de Lisbonne [la « bombe nucléaire »], qui peut entraîner, à l'issue d'une longue procédure, des sanctions comme la suspension du droit de vote d'un État membre » (Euronews). Autre sanction possible : la suspension des subventions européennes.

Le rapport du Parlement européen accuse le gouvernement Orban de « menaces sur la liberté des médias; remise en cause de l'indépendance de la justice; attaques régulières contre les organisations non gouvernementales; regain d'antisémitisme; remise en question de certains droits sociaux, etc. » ; « Peter Szijjarto, ministre des affaires étrangères et du commerce hongrois, s’est vigoureusement défendu » contre ces reproches (Le Monde).

Voir aussi dans Le Monde :

Empoignade autour d’un rapport du Parlement européen sur la Hongrie de Viktor Orban

Le défi hongrois à l’Europe, après la victoire du populiste Viktor Orban

« La vérité, c’est qu’Orban sert aussi les intérêts des dirigeants du PPE… »

Les articles de presse donnent souvent l’impression que c’est la Hongrie qui est le fauteur de troubles : « Le président de la commission, Claude Moraes (travailliste britannique), a dû appeler à «maintenir la dignité» de cette session de travail » (Sputniknews). Trop brefs, les articles parus ne rapportent pas les réponses de la Hongrie aux calomnies dont elle est l’objet et ne donnent aucune idée de ce dont l’Union européenne est capable envers tout pays « récalcitrant », alors même que les votants hongrois se sont exprimés tout à fait démocratiquement.

******************

Les raisons inavouées du « tir groupé » contre la Hongrie

Hormis leur délire gauchiste de vouloir transformer l’Europe en un enfer multiculturel voué à la guerre ethnique et religieuse pour les siècles à venir, avec la disparition de toute une civilisation, il y a d’autres réalités plus immédiates qui pendent au nez des dirigeants de l’UE :

1) Ils ont peur de perdre les élections de 2019, c’est pourquoi ils veulent priver de droit de vote les pays membres qui risquent de voter contre eux.

2) Le Brexit a amené un grand déficit dans le budget, et le financement des nouveau pays membres va absorber des milliards, sans parler de ce que cela va coûter d’entretenir les migrants sur place et ceux à venir. Priver la Hongrie et la Pologne des fonds européens permettra de mettre l’argent ailleurs.

Un ministre hongrois a dit qu¹il est hautement humiliant que l'UE imagine que le gouvernement hongrois veuille trahir la volonté populaire pour obtenir des avantages financiers de l'UE.

Le plus gros problème qui pourrait survenir pour la Hongrie, sur le plan financier, serait que le gouvernement, par manque de financement, ne puisse plus mettre en œuvre son programme nataliste alors qu'il avait promis un soutien important aux parents.

******************

Et à présent, voici ce qui s’est passé réellement au PE, lors de la séance avec la commission LIBE (Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures). Jugez vous-mêmes !

La séance complète, qui a duré près de 4 heures, et la conférence de presse de P. Szijjártó qui a suivi, ont été diffusées en direct par la télévision hongroise M1, et regardées massivement par la population, qui a été scandalisée. Une rediffusion partielle a eu lieu le soir dans l’émission Szemtől szembe (Droit dans les yeux) :

https://www.mediaklikk.hu/video/ma-este-2018-04-26-i-adas/

C’est de cette rediffusion que nous donnons ici une traduction légèrement abrégée.

Un bref extrait (la première intervention de P. Szijjártó) a été sous-titré en anglais ici.

************************************

Liste des chefs d’accusations formulés par Mme Judith Sargentini dans son rapport :

– La Hongrie s’éloigne de l’État de droit.

– La liberté de la presse est menacée.

– La liberté de l’enseignement est menacée.

– La liberté de religion est menacée.

– La liberté de réunion [et de manifestation] est menacée.

– La liberté d’action des ONG est menacée.

– Le problème relatif à l’immigration.

******************

judith-sargentini

(00:50) Judith SARGENTINI, eurodéputée néerlandaise, groupe des Verts/Alliance libre européenne.

Mme Sargentini parle d’emblée du verdict qu’elle revendique pour punir la Hongrie : actionner l’article 7.1, paragraphe 83 : le PE a le droit de mettre en œuvre la mesure prévue, « l’article nucléaire ».

Elle précise:

L’examen de notre rapport ne signifie pas que nous appelions les Hongrois à la discussion. Ceci signifie que le Conseil doit délibérer pour savoir s’il va prendre les mesures suggérées, compte tenu de la liste des questions sur la Constitution hongroise, et du devoir de défense des Hongrois face au recul des droits humains.

Cette séance n’est pas un débat mais dresse un constat, que j’enverrai tel quel au Conseil européen.

Une démocratie qui recule, l’État de droit qui recule, les droits fondamentaux qui reculent : si un pays ne garantit plus cela, il y a des mesures qui s’imposent.  Si un pays ne garantit plus les points cités ci-dessus, il y a des mesures prévues à prendre. Les accusations contenues dans ce rapport se basent sur les décisions de l’ONU, mais aussi sur le point de vue du Parlement de Strasbourg. C’est la première fois que le PE prépare ce genre de mesures, c’est pourquoi j’ai voulu baser mon rapport sur les faits et j’ai effectué un double contrôle de ces faits.

L’acte d’accusation contre la Hongrie se base sur les procès tenus contre la Hongrie devant la Cour de justice européenne. Les lois anti-Soros vont à l’encontre des droits européens. Que la Hongrie change de son propre chef l’âge de la retraite va à l’encontre des lois européennes. Cependant il ne s’agit pas seulement du fait que des lois qui ont été enfreintes, mais aussi de l’effet négatif de ces violations sur la société. Il y a eu quatre sous-commissions de la LIBE qui ont constaté que la Hongrie bafoue les bases des valeurs européennes et elles ont voté en fonction de cela. Exemples : la Commission du budget a voté contre la Hongrie, la Commission des Constitutions a réclamé que l’on initie l’article 7:1.

******************

peter-szijjarto

(08:00) SZIJJÁRTÓ Péter, ministre des Relations économiques extérieures et des Affaires étrangères de Hongrie, membre du Fidesz :

Voici deux semaines que la Hongrie a eu des élections parlementaires. Il y a eu de nombreuses tentatives de s’immiscer dans la campagne et dans le processus d’élection pour affaiblir la position du gouvernement hongrois, et il y a aussi eu des influences pour affaiblir les résultats des élections hongroises. Et il y a même eu bien plus de la part de ce Parlement, puisque des fuites nous ont appris que le PE a voulu aider l’opposition hongroise à remporter les élections. Il serait bon que vous preniez note des résultats des élections. Il y a eu une participation record de 70%, dont 49,6% ont voté pour reconduire le parti Fidesz au pouvoir. 2'820'000 votants se sont prononcés pour le Fidesz, soit 1'732'000 de plus que pour la seconde force du gouvernement et 330'000 de plus que pour l’ensemble des autres partis présents au parlement hongrois.

Le peuple hongrois a exprimé son opinion sur les huit années qui se sont passées en Hongrie, et leurs conclusions sont différentes de vos conclusions. Les Hongrois ont décidé la direction à prendre pour les années à venir. C’est pourquoi je vous demande qu’ici, au PE, vous respectiez la décision du peuple hongrois, et je vous demande de ne pas remettre en question, ni affubler de qualificatifs la volonté populaire. Je sais que vous n’êtes pas d’accord avec la décision du peuple hongrois, qu’elle vous dérange et même vous frustre. La différence, c’est que les Hongrois ont un droit de vote, tandis qu’ici au PE vous n’en avez pas. De cela découle que les Hongrois peuvent décider du futur de la Hongrie, contrairement à vous. Pour le peuple hongrois, l’élection a donné la priorité à la sécurité nationale. Le peuple a voté contre l’immigration. Il avait la possibilité de voter pour des partis pro-migrants, soutenus par les ONG, favorisant la migration. La décision du peuple est claire : la Hongrie ne sera pas un pays d’immigration. Ainsi, le désaccord sur la migration va subsister. La décision issue du scrutin est que ce sont exclusivement les Hongrois qui peuvent décider qui peut entrer en Hongrie et avec qui les Hongrois veulent vivre. Notez que ce n’est pas nous qui cherchons cette dispute. Nous allons défendre nos frontières et par là défendre la sécurité des citoyens de notre pays. Nous n’acceptons pas les quotas, ni les valeurs selon lesquelles un pays multiculturel vaudrait mieux qu’un pays uni et homogène. Préparez-vous à ce que le gouvernement défende la Hongrie afin qu’elle reste la Hongrie.

Le rapport qui vient d’être présenté est une collection de mensonges qualifiés. La personne qui l’a rédigé a copié-collé ensemble des bouts de semi-vérités, sans tenir compte des faits ni de la réalité. Cela pourrait même passer pour un document à charge fabriqué.

(12:46) Premier exemple : il n’y aurait pas de liberté de la presse en Hongrie. C’est un mensonge. En Hongrie, il y a bien plus de liberté de la presse que dans bien des pays d’Europe occidentale. Il n’arrive jamais que durant des semaines, les autorités cachent le fait que des migrants commettent des violences envers les habitants, les citoyens. En Hongrie, il y a davantage de médias d’opposition (TV, radio et presse) que de médias pro-Fidesz. En plus, la télévision la plus regardée est celle de l’opposition, qui ne fait pas de cadeau au gouvernement. Les sites les plus lus en Hongrie sont les sites de l’opposition. Ces sites sont remplis de critiques et de calomnies contre le gouvernement, et ils sont très virulents. Et le jour de l’élection, le peuple a décidé, et cela avec une participation exceptionnelle. Avant que les résultats n’arrivent, l’opposition [n.d.t. : tout comme les médias occidentaux] a interprété cette participation massive comme le signe d’une volonté de changement et comme une « victoire de la démocratie » [c.-à-d. de l’opposition].

(14:18) Second exemple : les ONG seraient réprimées et n’auraient pas de liberté. C’est un mensonge. En Hongrie, 65'000 ONG sont à l’œuvre. Parmi elles, il y en quelques-unes qui se plaignent : celles qui se sont immiscées ouvertement dans la vie politique et militent contre le gouvernement. Ces ONG touchent des soutiens très importants de l’étranger, et le peuple hongrois a le droit de savoir qui veut influencer sa politique intérieure et qui est derrière ces ONG. Elles ont voulu s’immiscer dans les élections hongroises et maintenant elles veulent en contester les résultats. Expliquez-moi pourquoi ces ONG rougissent de dire à haute voix qui sont leurs bailleurs de fonds. C’est tout de même étonnant : vous, ici, au PE, comme les ONG avec lesquelles vous êtes en lien très étroit, vous exigez la transparence. Alors pourquoi avez-vous peur d’avouer d’où vous avez reçu de l’argent ? Si vous en avez honte, ce n’est pas la faute de la loi hongroise.

(15:24) Troisième point : l’antisémitisme. C’est l’accusation la plus grave. Nous refusons catégoriquement cette accusation. La Hongrie a fait plus pour les juifs que n’importe quel pays européen. Ce n’est pas dans les rues de Hongrie que de jeunes juifs sont agressés. Ce n’est pas à Budapest que des personnes âgées juives sont assassinées dans leur appartement. A Budapest vit la communauté juive la plus grande d’Europe, dont le Premier ministre israélien a dit qu’elle vit sa renaissance en Hongrie. Avec le financement hongrois, nous aidons à rénover des synagogues, même en dehors des frontières de notre pays. En 2019, la Hongrie va organiser les Jeux Macchabées. Dans la loi hongroise, la négation de la Shoah est un délit grave et passible de lourdes sanctions.

C’étaient quelques exemples, face aux accusations, pour dire quelle est la vérité.

Nous avons compris quels sont les ressorts qui vous animent. Vous représentez une politique gravement biaisée par l’idéologie pro-migrant que vous représentez. Lorsque vous jugez la Hongrie, vous le faites parce que nous contrarions vos plans, et qu’à cause de nous vous n’arrivez plus à mener à bien vos projets migratoires extrémistes. Je vais vous communiquer une très mauvaise nouvelle (de votre point de vue). Nous, selon la volonté du peuple hongrois, n’allons pas vous laisser exécuter le plan migratoire Soros.

Et par là, nous ne défendons pas seulement la Hongrie, mais nous défendons toute l’Europe, sa culture et son histoire.

******************

peter-niedermueller

(17:37) NIEDERMÜLLER Péter, eurodéputé hongrois, Alliance progressiste des socialistes et démocrates :

M. Szijjártó a parlé du résultat de l’élection, mais ce n’est pas le sujet. Il n’y a pas de liberté de presse. La Hongrie se trouve à la 76eplace mondiale pour la liberté de la presse. Selon une étude du Parlement européen, l’indice de corruption n’a fait que se détériorer depuis 2010 [c.-à-d. depuis le retour au pouvoir de Viktor Orbán]. La démocratie, ce n’est pas le chantage de la majorité : la démocratie, c’est trouver des solutions communes avec les minorités. Mme Sargentini ne parle pas du projet Soros, ni des migrations, mais elle parle des enjeux de la démocratie, qui est en déficit en Hongrie, et la Hongrie devrait respecter ces enjeux.

******************

03b623b4-d35c-4f63-af78-5286acafc7d2

(19:41) Michał BONI, eurodéputé polonais, Plate-forme civique [opposition]/Parti populaire européen, membre de la LIBE :

Monsieur Szijjártó, vous avez été invité au Parlement pour mener un débat rationnel. Vous vous comportez comme si vous étiez l’acteur principal de cette salle. Je vous invite à faire attention à vos paroles, qui sont autoritaires. Je félicite Judith Sargentini pour son travail.

Quant à votre paquet [de lois anti-]Soros, vous l’utilisez pour stigmatiser et intimider les gens afin de leur faire perdre leur liberté d’expression et pour menacer la liberté des médias. Ce qui prouve que le gouvernement a ouvert encore plus la porte aux opinions extrêmes et contre la liberté d’expression.

Autre sujet d’inquiétude : la concentration des médias, la volonté d’influencer l’opinion publique de manière unilatérale. Vous marchez sur les pas des régimes autoritaires.

Le paquet de lois anti-Soros est une copié-collé de celui que Poutine a adopté. Je me souviens personnellement du Viktor Orbán d’il y a pas mal d’années et je suis très triste de voir comme il a pris le chemin des solutions autoritaires. C’est un grand danger pour l’Union européenne, et même au-delà des frontières de l’Union européenne. Je suis venu de Pologne pour joindre ma voix à celle de la société civile hongroise et dire que la démocratie ne signifie pas seulement gagner les élections.

******************

kinga-gal

(22:14) GÁL Kinga, eurodéputée hongroise, Fidesz

Je trouve profondément humiliant pour le peuple hongrois ce qui vient de se passer. C’est indigne de ce Parlement. Ces interventions sont si indignes à l’égard de la Hongrie, État membre de l’Union européenne, et pour les citoyens de la Hongrie, que le minimum serait que ceux qui nous ont blessés s’excusent. Je n’ai pas le temps d’entrer en détail sur toutes les calomnies, mais je mets en exergue l’une d’elles, selon laquelle la Hongrie ne serait pas un État de droit : « a society not rooted in law ». C’est une telle offense vis-à-vis de la Hongrie. La Hongrie est un État de droit millénaire. Une telle gifle, je ne l’admets pas, et j’exige des excuses. L’image que vous  donnez de la Hongrie dans votre description ressemble à la dictature d’un Bantoustan en pleine Afrique, et pas à un pays de l’Union européenne où viennent de se passer des élections démocratiques, où l’ordre juridique fonctionne, où il y a des lois. C’est extrêmement humiliant pour moi, mais aussi pour chaque citoyen hongrois qui regarde cette retransmission. C’est pourquoi je vous demande de changer de style. Je trouve révoltant ces accusations et ces calomnies et je demande de changer de ton. Vous parlez de faits, mais ces faits sont remplis de données fausses. C’est absolument révoltant que dans vos « faits » il n’y ait que des mensonges. Vous faites référence à l’ONU, au Conseil de l’Europe, à l’OSCE, aux droits de la femme, à des organisations de défense des droits de la femme. Or quand on regarde quelles sont vos sources, on découvre que ce n’est pas chez toutes celles-là, mais seulement chez cinq ou six ONG ou chez des « spécialistes indépendants » autoproclamés que vous avez pris les données dont vous vous servez pour aligner vos calomnies.

Je récuse l’accusation d’antisémitisme. Nous n’avons rien en commun avec le Jobbik [extrême droite]. C’est la gauche qui s’est associée avec le Jobbik. Et je pense que tout ce qui vient de se dérouler sous nos yeux est un procès d’intention, dont l’acte d’accusation est déjà prêt et dont le verdict a été écrit à l’avance, et que vous avez déjà décidé quel sera notre sort. C’est inacceptable.

******************

sophia-in-t-veld

(25:18) Sophia IN ’T VELD, eurodéputée néerlandaise, Démocrates 66

C’est un cas classique. C’est un régime autocratique qui est arrivé au pouvoir en décrétant qu’il y avait un complot contre lui, que nous sommes l’ennemi et eux les victimes. C’est l’ennemi qui ment. Mais c’est une situation classique. Je veux vous signifier que vous n’avez pas la propriété du peuple hongrois. Vous êtes juste élus pour représenter le peuple hongrois provisoirement, pour une période. J’ai enlevé mon écouteur avec la traduction simultanée, car j’en avais assez de ces accusations et de ces mensonges envers nous. Je vous le demande : comment représentez-vous les dizaines de milliers de Hongrois qui n’ont pas voté pour vous, ceux qui manifestent contre les résultats des votations, ceux qui descendent dans la rue contre votre régime autocratique ? Votre média de propagande qui est la propriété du gouvernement dirige comment on va présenter tout ce conflit, comment ce média du gouvernement expliquera à son peuple que nous sommes les méchants et vous les victimes, et qu’une sorte de complot est dirigé contre la Hongrie.

Deuxièmement, vos accusations contre M. Soros. Selon vous, c’est lui qui finance tout ce complot. Mais nous voudrions plutôt en savoir plus sur vos sources de financement et sur la manière dont vous détournez les sources de financement européennes. Parlons des sources qui viennent de Poutine ou des États-Unis. Orbán a dit qu’il veut réaliser une démocratie illibérale. [N.d.t. : Orbán prend « libéral » au sens américain : « gauchiste » : il veut une démocratie qui n’est pas à gauche du tout. Mais in’t Veld détourne le sens de ce mot pour lui faire dire : qui ne respecte pas les libertés]. Ça n’existe pas. C’est un autre système que M. Orbán veut : une autocratie illibérale. Orbán travaille systématiquement pour cela et obtient ce qu’il veut. Vous ne faites pas attention à des grands groupes humains dans votre pays et à l’étranger, ce qu’un politicien devrait faire. Et en tant que politicienne, je conseille de faire attention aux gens que les Hongrois que vous croisez au quotidien, car ce sont les mêmes qui risque de vous attendre au tournant. Il y a un problème qui est systémique.

******************

livia-jaroka

(22:14) JÁROKA Lívia, eurodéputée hongroise, Fidesz/Parti populaire européen :

Les mensonges que vous sortez, toutes ces accusations ne concernent pas la Hongrie sous Orbán, mais celle d’avant 2010, sous le gouvernement socialiste qui l’a précédé.

Exemple : le paragraphe 43 de l’acte d’accusation, qui dit que dans les territoires externes à Budapest, il y a eu une campagne de peur par des actions paramilitaires du Jobbik envers les Roms. En fait, lorsque cela s'est passé, avant 2010, les socialistes qui étaient alors au pouvoir ont regardé faire le Jobbik sans réagir. Récemment, durant 3-4 mois, le Jobbik a fait campagne avec les socialistes contre le gouvernement en place. Donc, en vous entendant, on peut conclure que vous ne savez absolument pas de quoi vous parlez. Lorsque des membres du Jobbik ont assassiné des Roms, personne n’a rien dit au PE, malgré le fait que le Fidesz en ait parlé.

De même pour le paragraphe 44, qui affirme que la scolarité des enfants roms s’est péjorée. C’est également un mensonge complet. Orbán a introduit le jardin d’enfants obligatoire dès 3 ans, ce qui met tous les enfants au même niveau lorsqu’ils arrivent au primaire. Tous les enfants tziganes vont au jardin d’enfants dès 3 ans. Les statistiques montrent qu’il y a bien moins d’abandon scolaire, et moins de ségrégation, moins de nécessité de classes spéciales.

Concernant les paragraphes 47, 48, 46, de cet acte d’accusation erroné, les recherches prouvent le contraire.

Vous pouvez encore sauver votre réputation en corrigeant les erreurs. Les citoyens européens seront choqués de trouver des accusations sans fondement. Comment est-il possible de fabriquer un document plein de mensonges et d’erreurs ? Nous vous avons fait parvenir un document qui répondait à ces accusations, est-ce que vous ne l’avez même pas lu ?

Mme Jároka est interrompue par le président : « Please... please... »

******************

krisztina-morvai

(31:49) MORVAI Krisztina, eurodéputée hongroise, sans parti [virée du Jobbik quand elle a refusé de s’allier à la gauche] :

Je vous avais déjà remerciés parce que grâce à vos attaques incessantes, la nation hongroise a pu renforcer sa cohésion et sa solidarité nationale. Maintenant, je vous remercie pour le fait que, partout où nous allons en Europe, nous sommes salués par les gens avec une reconnaissance sincère vis-à-vis de la Hongrie, tous nous félicitent parce que nous résistons à la migration de masse. C’est bon de sentir la fierté d’être Hongrois. Grâce à vous, le monde a pu connaître les efforts que nous faisons pour garder notre souveraineté nationale.

Tout le monde peut se demander : comment est-il possible que l’UE attaque systématiquement les deux pays, la Hongrie et la Pologne, qui attirent le plus de respect et sympathie des gens européens ? Et là, nous arrivons au thème des élections de 2019, car la composition politique du Parlement actuel ne reflète en rien l’opinion et les valeurs des peuples européens. Si vous représentiez la majorité des peuples, de tels événements, de telles accusations abjectes n’auraient pas lieu. Un déshonneur comme celui que vous jetez sur notre pays ne pourrait plus se produire. Il faut changer cela, avec les Polonais et le Fidesz, pour que les parlementaires représentent l’opinion des peuples européens. Ou bien il faut changer le Parti populaire de l’intérieur ou bien il faudra créer un nouveau parti qui représente les peuples des États membres.

******************

(33:30) SZIJJÁRTÓ Peter

À entendre ce qui vient être dit, j’arrive à cette conclusion :

Au Parlement européen, si la Hongrie est traînée dans la boue, c’est OK.

Si le gouvernement hongrois est calomnié, c’est OK.

Si la décision du peuple hongrois est déshonorée, c’est OK.

Mais si quelqu’un vous répond, ce n’est plus OK.

N’importe quelle personne qui respecte la démocratie refuse une justice pareille.

claude-moraes

Claude MORAES, le président, intervient et interrompt M. Szijjártó :

S’il vous plaît ! Une seconde ! Votre réponse est trop chauffée par l’émotion. Votre vocabulaire est inadéquat. Pour les cinq minutes qui restent, je vous demande d’utiliser un vocabulaire qui respecte dans son ton et son langage le Parlement Européen ! Vous devriez respecter la dignité de cette assemblée et utiliser un langage qui respecte ce parlement. (Quelqu’un dans la salle applaudit.) Juste une seconde encore : qu’est-ce qui se passe aujourd’hui, ici ? Nous examinons les conclusions de Mme Sargentini. Il ne faut pas entrer dans les argumentations, il faut se limiter aux faits concrets, ce serait d’une grande aide !

(35:07) SZIJJÁRTÓ Peter reprend :

Monsieur le Président, je croyais que dans cette salle la liberté d’expression me concernait aussi, mais si tel n’est pas le cas, je peux aussi vivre avec cela.

Je maintiens, Monsieur le Président, que dans ce débat, la Hongrie a été calomniée à répétition, et je ne peux pas accepter que si quelqu’un réagit contre cela, vous lui colliez immédiatement des qualificatifs au lieu d’examiner les faits à débattre. Si quelqu’un réagit contre vos calomnies, il reçoit les qualificatifs en retour.

Tout d’abord, Mme Sophia in ’t Veld a dit que nous ne représentons que provisoirement le peuple hongrois. Nous vous rappelons que nous avons été élus par le peuple deux fois pour quatre ans, que nous venons d’être réélus [pour un troisième mandat] et que nous avons obtenu une majorité des trois quarts au parlement. Mais qui a voté pour vous pour que vous donniez des leçons à la Hongrie ?

En ce qui concerne les accusations d’antisémitisme du député autrichien envers le gouvernement. Oui, nous avons un problème avec Soros. Nous ne sommes pas d’accord avec ses projets de migration ni avec d’autres de ses opinions. Soros souhaitait que nous perdions les votations. Mais malgré ces problèmes, lorsque nous avons des désaccords avec Soros, nous ne nous intéressons pas à sa religion. Je n’ai jamais évoqué sa religion.

En ce qui concerne l’accusation de la députée Verte, qui a déjà quitté cette salle, de nous être associés avec le Jobbik, juste une petite remarque. Toute la campagne électorale avait comme sujet central le fait que le Jobbik [l’extrême droite] s’était allié avec les socialistes et les forces de la gauche (Verts, Démocrates...) pour battre le gouvernement en place.

En ce qui concerne les actes d’accusation du rapport Sargentini, nous avons fait parvenir un rapport, répondant point par point aux accusations par des faits et démontrant par des faits concrets la fausseté des accusations.

En ce qui concerne les ONG : les Hongrois sont en droit de savoir qui veut s’immiscer dans la politique intérieure, qui est derrière le financement qui vient de l’étranger pour ces ONG, qui veut influencer l’opinion du peuple hongrois. Si nous pouvons attendre la transparence sur le financement des partis politiques, nous avons également le droit de connaître celui des ONG qui font ouvertement de la politique en Hongrie. Pourquoi veut-on que le financement des ONG reste secret ? Contrairement à vos accusations, nous n’avons jamais empêché aucune ONG de fonctionner avec notre loi sur la transparence. Pourquoi cela rendrait-il impossible le travail d’une ONG si elle affichait ses sources de financement sur son site internet ?

En ce qui concerne la liberté académique : nous n’avons fermé aucune université, et sur les plus de vingt universités existant sur sol hongrois, il n’y a que la CEU de Soros qui se plaigne de devoir se plier à la règle. Les trois autres universités américaines ont signé l’accord de transparence sans problème, mais vous n’écoutez que les plaintes de Soros.

Nous vous remercions de l’honneur de nous avoir invité et donné la possibilité de nous exprimer, mais nous n’acceptons pas que vous diffusiez des calomnies et des mensonges sur le peuple hongrois. C’est pourquoi nous avons mis à votre disposition un document qui traite chaque point de l’accusation, en nous appuyant sur les faits. Je vous remercie, Monsieur le Président, c’était un honneur d’être ici aujourd’hui avec vous.

******************

(40:29) Judith SARGENTINI :

Jusqu’au 15 mai, la Hongrie a le droit de faire parvenir des rectificatifs sur les points où elle est en désaccord avec notre rapport. J’ai fait ce travail à la demande du plenum de cette salle. Mais il y a une chose que je ne comprends pas. Nous avons été très courtois de vous inviter ici, vous le gouvernement hongrois, au Parlement Européen. Nous comptions que le gouvernement hongrois se comporterait comme un gouvernement et non comme des politiciens. Vous mélangez d’une manière malsaine les rôles, celui de membre du gouvernement et membre du Parti Populaire et celui du peuple. C’est votre droit de dire que vous aimeriez et vous exprimer librement. Mais je suis étonnée qu’un ministre puisse utiliser mon nom abusivement et affirmer que je mens. Vous avez déjà essayé de démentir les points de notre rapport dans celui que vous nous avez fait parvenir avant la séance.

Pourtant j’ai clairement dit dès le début de cette séance que je ne me suis pas appuyée dans mon rapport sur mes propres recherches. Vos conclusions sont par conséquent inadéquates. Vous avez raison, j’ai étudié les informations, mais vous n’avez pas le droit de dire que ces informations, je les ai puisées dans ma tête. Je pense que nous devrions continuer ce débat avec plein respect dans cette maison. La prochaine étape de la procédure, je le répète, sera la demande de modification du document qui est destiné à être envoyé au Conseil Européen. C’est pour cela que je travaille avec tous les collègues qui sont derrière ce projet. Il ne s’agit pas d’un débat mais de constatations, et d’énoncés. (45:32)

**************************

Il y aurait beaucoup à dire sur les accusations formulés par l’UE. Limitons-nous à cette remarque au sujet de l’immigration et des fonds de cohésion.

La Hongrie refuse absolument d’admettre que la société multiculturelle soit un enrichissement, et elle refuse de se transformer en une société multiculturelle. Ce refus est considéré par les parlementaires comme un manque de solidarité envers l’UE qui porte le fardeau de l’immigration extra-européenne. Pas de solidarité, pas de fonds de cohésion de l’UE.

Or il ne s’agit pas d'un acte de charité, mais d’un accord commercial, par lequel 90% de l’argent donné retourne vers l’UE; seuls 10% bénéficient à la Hongrie.

D’autre part, la Hongrie a dépensé, et dépense encore, des sommes colossales de son budget pour garder ses frontières, et elle participe dans les pays des Balkans (Macédoine, Serbie…) à la gestion de la migration (envoi et formation de policiers). Jamais l’UE n’a participé à ces frais, et elle ne le fera jamais puisque Schengen est devenu caduc.

**************************

Cenator, le 1er mai 2018

12 commentaires

  1. Posté par Barruel le

    @Eschyle
    Bravo d’avoir dit la vérité sur l’assassinat maçonnique du martyr Beltrame!
    Il etait 33e degré. Quand on est 33e degré on connaît les buts suprêmes et inavouables de la secte. C’est pourquoi sa conversion sincère était un danger tres grave pour la Loge. C’est considéré par elle comme de la haute trahison et ça méritait la mort. Il a été jugé et condamné et exécuté pour trahison de la cause maçonnique. Il est écoeurant de voir qu’en plus la loge m’a pas hésité à se vanter de l’appartenance maçonnique du lt-colonel Beltrame, pour profiter un peu de l’immense popularité de ce héros, qu’en même temps elle avait condamné à mort.
    Petit rappel: dans l’initiation maçonnique on doit prêter un serment: « si je trahis que j’aie la gorge tranchée. » On croit que c’est une simple formule comme ça. L’exemple de Beltrame prouve que c’est à prendre au pied de la lettre.
    L’Union Européenne actuelle est essentiellement une concrétisation d’un plan maçonnique. Macron est le représentant et le serviteur de ce projet. Son intronisation à la Pyramide du Louvre était une démonstration publique de la souveraineté de la Franc Maçonnerie (symbolisme de la Pyramide) sur l’ancien palais des rois de France. C’est typique de ce régime maçonnique qui aime tant les symboles. Autre exemple: la signature hautement symbolique du traité de Lisbonne dans le monastère désacralisé de Los Jeronimos au Portugal.
    Et quand on pense qu’il y a encore des démocrates « chrétiens » pour soutenir ce projet maçonnique anti chrétien, sans se rendre compte de sa vraie nature.

  2. Posté par Christian Bretagne le

    L’Europe prête en intentions à la Hongrie, ce qu’elle oeuvre pour le NOM dans l’actualité européenne…!

  3. Posté par Eschyle 49 le

    Voici un outil de méta-politique, utilisable par tous les pays du groupe de Visegrád , outil en deux concepts : la règle de Saint Benoît, la franc-maçonnerie; lisez d’abord jusqu’au bout.
    Un sociologue québécois, Mathieu Bock-Côté, déclarait récemment : « Je le dis de loin, avec un océan de distance, mais il faudrait s’extraire du clivage gauche-droite. Il y a quelque chose de fondamentalement débile dans l’idée qu’on puisse y faire entrer l’essentiel de la réalité politique ».

    Or, le 27 mars 2018, se tenait à Angers une réunion, qui fit salle comble :
    https://www.breizh-info.com/2018/03/29/92854/union-des-droites-robert-menard-lance-appel-angers

    Le thème en était : comment éviter de se prendre une nouvelle branlée, aux présidentielles de 2022 ?
    Si une phrase sera effectivement prononcée : « Ce sera l’appel d’Angers » (ou, plus exactement, « Une attention d’Angers » ), une autre ne le sera pas, qui ne sera pour la première fois publiée que le surlendemain, dans un article du site Breizh info, daté du 29 mars 2018 :
    « Ils sont également d’accord sur l’absence à ce jour d’un leader national, capable d’incarner cette union ».

    Quelle était la situation lors des dernières présidentielles ? Nicolas Dupont Aignan avait été pressenti (500 parrainages d’élus dès le 7 mars 2017, avant la panique qui suivit la qualification de François Asselineau, le 10 mars ; ce qui nécessita de booster, in extremis, Jacques Cheminade, Jean Lassalle et Philippe Poutou, le 18 mars, afin de brouiller les pistes) ; comme, entre-temps, le vendredi 24 février, Jean-Michel Hayat, président du TGI de Paris, avait nommé Serge Tournaire, Aude Buresi et Stéphanie Tacheau pour instruire le « Pénélopegate », Nicolas Dupont Aignan parvint à siphonner 4,70 % des voix, qualifiant Marine Le Pen (21,30 %) au détriment de François Fillon (20,01 %).
    Somme toute, on refaisait le coup de 2002 (Christiane Taubira, 2,32 % ; Jean-Marie Le Pen, 16,86 % ; Lionel Jospin, 16,18 %).
    Bien entendu, dès le 23 avril 2017, les magistrats instructeurs se mettaient en hibernation jusqu’en 2022.
    Il ne restait plus qu’à agiter l’épouvantail fasciste, l’incompétence de la candidate faisant le reste.

    Comme, depuis, François Fillon a jeté l’éponge, à droite, Laurent Wauquiez a récupéré les débris de l’ex-UMP, interdisant à Laurence Trochu, présidente de Sens Commun, de franchir le Rubicon, en direction des 10 638 475 électeurs (33,90 % des voix) du Front National : pestiférés ils sont, pestiférés ils restent.
    Quant à Christian Jacob, il administre les 102 sièges survivants des Républicains.

    À gauche, Olivier Faure, par défaut premier secrétaire, gère les lambeaux du Parti socialiste (31 députés).

    Quant aux 311 députés du groupe majoritaire, La République En Marche, héritier de « La France En Marche » (https://www.youtube.com/watch?time_continue=25&v=O1F79LqHzF0), la reconduction de leur mandat, aux prochaines législatives, est aléatoire, dans un paysage éparpillé façon puzzle.

    Alors, quelle solution ? A l’instar de Platon, dans l’aphorisme de la Caverne, passons dans un univers parallèle :
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=4&v=TgfLNObfwLg
    Devenons, par le truchement d’internet, Alice de l’autre côté du miroir. Il suffit, pour cela, de deux concepts métapolitiques: d’une part, la règle de Saint Benoît ; d’autre part, la franc-maçonnerie.

    1) la règle de Saint Benoît.

    Dans sa monumentale « Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain » en treize volumes, Edward Gibbon retrace l’histoire de la Rome antique entre 180 et 453.
    C’est à cette époque qu’apparaît Saint Benoît, né vers 480 à Nursie (actuelle commune de Norcia, en Ombrie, Italie) et mort en 547 au mont Cassin (actuelle commune de Cassino, Latium, Italie).
    Dans sa jeunesse, Benoît, comme la plupart des fils de bonne famille, était allé faire ses humanités, y recevant le legs du droit romain (en latin) et de la philosophie (en grec), qu’il combina avec les deux testaments (en hébreu, grec et araméen), reçus de sa propre mère.
    À la mort de Flavius Anicius Olybrius, antépénultième empereur romain d’Occident, Benoît, à l’instar des Pères du désert, se fait anachorète, avant que sa réputation ne suscite l’adhésion de disciples : ce furent les monastères de Vicovaro, Subiaco, enfin Monte Cassino : le cénobitisme était né.

    C’est dans ce contexte que, vers 530, Benoît de Nursie achève la rédaction de sa fameuse règle, en vérité un texte laïc, tout à la fois manuel de management et précis de procédure pénale, destiné à organiser la vie du monastère autour de trois axes : les offices religieux (opus dei), le travail manuel conférant au monastère l’autonomie économique (ora et labora), enfin l’étude solitaire des textes sacrés (lectio divina).

    Somme toute, en 80 pages, la règle de Saint Benoît est une synthèse du droit romain, de la philosophie grecque et des deux testaments ; elle est avant tout concrète, qu’il s’agisse du rythme circadien, des besoins naturels (quand retourner sa paillasse, comment s’habiller en voyage), et articulée autour de l’abbé, nouveau pater familias.

    C’est Louis le Pieux (778-840) qui décide, avec le conseil de l’abbé bénédictin Benoît d’Aniane, de l’imposer à tous les monastères de l’Empire, c’est-à-dire pratiquement à tous les monastères d’Europe occidentale. Le synode d’Aix-la-Chapelle, en 817, entérine cette décision : jusqu’au XIème siècle, les moines d’Occident seront tous bénédictins.
    C’est cette règle qui sera transposée, au IXème siècle, dans l’empire romain d’Orient, par Saints Cyrille et Méthode.
    Par le biais de la «lectio divina », puis de l’école des glossateurs et des postglossateurs, sera conduite, pendant un millénaire, l’exégèse, non seulement de la Bible, mais encore de tous les textes de l’Antiquité ; c’est ce qui explique que, depuis 14 siècles, de Brest à Vladivostok, au plan religieux et au plan laïc, au plan civil et au plan pénal, la règle de Saint Benoît constitue le socle de notre vie juridique :
    http://www.editionsdmm.com/A-180592-la-regle-de-saint-benoit-au-source-du-droit.aspx

    *

    2) la franc-maçonnerie.

    Le discours prononcé par Emmanuel Macron, le 9 avril 2018 aux Bernardins, nous a remis en mémoire le rôle occulte mais fondamental de la franc-maçonnerie :
    https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/Emmanuel-Macron-Bernardins-discours-2018-04-09-1200930420

    Tout d’abord, même si le texte n’en a pas été totalement relu, à preuve les multiples scories dont il est émaillé, ce discours (32 pages et 45 minutes) fera date dans l’histoire de la philosophie, de la rhétorique, voire de l’eschatologie.
    Ensuite, je vous renvoie à ma note : « avons-nous élu un fou ? » (42 243 vues: https://reseauinternational.net/avons-nous-elu-un-fou/ ), démontrant que c’est le Grand Orient qui a coopté Macron pour imposer sa marionnette à l’Élysée.

    Or, la franc-maçonnerie, rien qu’en France, ce sont 300 000 membres, dont 175 000 actifs, et surtout 400 parlementaires (Le Canard enchaîné du 14 mars 2018 : « Les frères de la côte d’alerte »). De quatre décennies d’exercice d’une profession judiciaire, ce sont systématiquement des juges qui se prostituent par douzaines, des détournements d’argent par centaines de millions d’euros, des morts inexpliquées à la chaîne, et jusqu’à des rituels de magie noire :
    http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2016/06/la-tres-etrange-inauguration-du-tunnel-du-st-gothard.html
    Idem , vidéo de six heures : https://www.youtube.com/watch?time_continue=7769&v=I4NU0Tok1T4

    En clair, pour dîner avec le diable, il faut une longue cuiller.

    Par ailleurs, de l’incident de Mukden, le 18 septembre 1931, de l’épandage de LSD par la CIA, le 16 août 1951, à Pont-Saint-Esprit (http://www.voltairenet.org/article164442.html), du meurtre d’Aldo Moro, le 9 mai 1978, par les réseaux Stay Behind (http://www.voltairenet.org/article177324.html), ce que l’on appelle les « attentats sous fausse bannière » est une constante de l’histoire contemporaine.

    Or, comme l’a expliqué Périco Légasse, le mari de Natacha Polony, l’égorgement du colonel Arnaud Beltrame par Radouane Lakdim, le 23 mars 2018 à Trèbes, à l’instar de précédents meurtres (Mohamed Merah), ressort manifestement de cette catégorie : voici un officier, membre actif de la Grande loge de France, qui quitte celle-ci, non seulement pour se marier religieusement, mais encore et surtout en se préparant avec un chanoine de l’abbaye de Lagrasse, le père Jean-Baptiste (à l’état-civil, Guillaume Golfier), spécialiste du démon : https://www.lerougeetlenoir.org/opinions/les-inquisitoriales/Entretien-avec-le-Pere-Jean-Baptiste

    Étonnamment, en violation du dogme du secret d’appartenance, la GLDF divulgue son adhésion: http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2018/03/24/beltrame-victime-dun-terroriste-frere-gldf/
    Plus stupéfiant encore, le 13 décembre 2017 à Carcassonne, Arnaud Beltrame avait organisé un exercice de prise d’otage identique à l’attentat du 23 mars 2018 à Trèbes:
    https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/23/2765738-gendarme-heroique-super-u-avait-commande-exercice-simulation-attentat-supermarche.html
    Le décryptage est clair: en passant de la franc-maçonnerie à l’église catholique, a fortiori dans un commando antimaçonnique, Arnaud Beltrame savait qu’il avait un contrat sur la tête, et qu’il fallait anticiper les conséquences néfastes, tant pour autrui, qu’accessoirement pour lui-même.
    Malheureusement, s’il était passé par l’EPIGN, il n’était pas breveté commando (Jaubert, Trepel, Hubert), donc non formé au triptyque « combat rapproché, contre-terrorisme et libération d’otages »; il n’avait donc pu anticiper la technique de Daech: une balle dans la cuisse, une balle dans le bras pour neutraliser la cible, puis l’égorgement, enfin dix minutes : http://www.leparisien.fr/faits-divers/attaques-dans-l-aude-revelations-sur-l-assaut-du-super-u-de-trebes-15-04-2018-7665576.php

    Dans ce contexte, le discours du bernard-l’hermite aux Bernardins est explicite : « A moi la légion ! », ou plus exactement, à moi les légions célestes, dont le pilonnage intensif, dans le cadre des actuels débats sur la bioéthique, commence à produire des effets tangibles.

    Mais de quels outils se sert la franc-maçonnerie pour détruire méthodiquement la règle de Saint Benoît ?

    – au plan du dogme, la loi de 1905, héritière du babouvisme, matrice de tous les génocides du XXème siècle ; ainsi, des lois des 1er août et 1er octobre 1793, dont la demande d’abrogation a six fois été rejetée: https://www.senat.fr/leg/ppl11-426.html
    Encore, outre les recherches sur l’embryon, la constitutionnalisation de l’eugénisme, bientôt du nazisme :
    http://videos.senat.fr/video.624510_5ac72bdcdfab3.ivg–le-senat-a-debattu-en-seance-publique-sur-la-constitutionnalisation-de-l-interruption-volontai
    Derechef, les travaux de Reynald Seycher et le film de Daniel Rabourdin : http://hiddenrebellion.com/fr/
    http://www.francisrichard.net/article-vendee-du-genocide-au-memoricide-de-reynald-seycher-89460076.html
    Derechef, les destructions massives d’ouvrages religieux, en comparaison desquelles les iconoclasties islamistes sont infimes : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_monuments_d%C3%A9truits_en_France
    Le 29 janvier 1881, suite à l’interdiction de la pièce « Thermidor » de Victorien Sardou, jugée « antirépublicaine », Georges Clemenceau répondait à Joseph Reinach :
    « J’approuve tout de la Révolution : j’approuve les massacres de septembre où, pour s’éclairer, la nuit venue, les travailleurs plantaient des chandelles dans les yeux des morts. J’approuve les noyades de Nantes, les mariages républicains où les vierges accouplées à des hommes, par une imagination néronienne, avant d’être jetées dans la Loire, avaient à la fois l’angoisse de la mort et la souffrance de la pudeur outragée. J’approuve les horreurs de Lyon, où l’on attachait des enfants à la gueule des canons, et les égorgements de vieillards de quatre-vingt-dix ans et de jeunes filles à peine nubiles.
    « Tout cela forme un bloc glorieux et je défends qu’on y touche.
    « Je défends que, sur un théâtre qui dépend de l’État, un dramaturge illustre vienne, après plus de cent ans révolus, prononcer une parole de pitié qui serait un outrage aux mânes augustes de Robespierre et de Marat ».
    Pierre Chaunu : « La Révolution française a fait plus de morts en un mois au nom de l’athéisme que l’Inquisition, au nom de Dieu pendant tout le Moyen Age et dans toute l’Europe ».

    – au plan des mœurs, le lobby LGBT, aujourd’hui la norme (article L. 351-4, II, al.5, in fine du code SS) :
    http://www.dreuz.info/2013/07/12/la-loi-sur-le-mariage-homosexuel-est-juridiquement-condamnee-voici-pourquoi-et-comment/#sthash.u9oEIKyj.dpuf

    – au plan des religions, l’Islam, dont le Coran est un outil politique de destruction du christianisme, de surcroît un faux et usage de faux, ainsi que le démontrent mathématiquement ces trois livres :
    https://www.islam-et-verite.com/coran-revele-theorie-codes/
    https://legrandsecretdelislam.com/
    https://www.babelio.com/livres/Caldwell-Une-revolution-sous-nos-yeux-Comment-lIslam-va-t/305602
    Sinon : https://ripostelaique.com/lislam-cest-un-oradour-sur-glane-par-jour-depuis-1400-ans.html
    Ce sont encore deux congrégations, les trinitaires (https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_des_Trinitaires) et les mercédaires (https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_de_Notre-Dame-de-la-Merci ), fondées pour libérer les chrétiens prisonniers des barbaresques, en leur substituant des martyrs ; ce sont encore la moitié des 7000 martyrs (étymologiquement, tués en témoignage de leur foi) inscrits au Martyrologe romain de 2004 ; ce sont encore la majorité des écrivains et musiciens, de Ronsard, Mozart, Voltaire, à Victor Hugo (http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/victor_hugo/chanson_de_pirates.html), tous passibles de 7 ans de prison et 100 000€ d’amende pour islamophobie, officiellement l’incitation à la haine raciale : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lois_contre_le_racisme_et_les_discours_de_haine
    https://www.causeur.fr/anne-hidalgo-rue-alain-antisemitisme-150258?utm_source=interne&utm_medium=sidebarshare

    *

    Dans ce contexte, que signifie la phrase « Ils sont également d’accord sur l’absence à ce jour d’un leader national, capable d’incarner cette union » ?
    Tout simplement que, du bon côté du rideau de fer, à savoir la droite politiquement correcte, les troupes ne sont pas numériquement suffisantes ; quant aux candidats, ce ne sont pas des coqs, mais des chapons.
    Quant au mauvais côté du rideau de fer, à savoir la droite politiquement incorrecte, ensemble les électeurs du Front National (10 638 475 suffrages, ou 33,90 % des voix), si leur potentiel fait saliver poules mouillées, paons, dindons et autres faisans, force est de constater que Florian Philippot est marginalisé, et que Marine Le Pen est définitivement « trop courte des pattes de devant ».
    L’unique objectif des thuriféraires d’outre Maine est donc, d’ici 2022, de faire barrage au seul candidat, ou plutôt à la seule candidate crédible de toute la droite : Marion Maréchal Le Pen.
    Nul doute qu’elle fulminera la célèbre réplique d’Eva Joly, juge d’instruction en 1990 : « Monsieur le Président, gardez votre prime et allez vous acheter une paire de couilles avec ! »
    *

  4. Posté par Jim Droz-dit-Busset le

    L UE est une veritable dictature criminelle que personnellement je n aurais jamais pense realisable em Occident . Cette maffia doit etre punie tres tres severement lu plus rapidement possible !

  5. Posté par kitty le

    Vive Orban, Vive la Hongrie, Vive les Hongrois.

  6. Posté par Patrice Monod le

    Pas difficile, selon ce procédé visant à diaboliser un vrai chef d’Etat, de savoir qui est derrière. L’Europe est bel et bien complice de criminels prets à tout. Soyons vigilants et efficaces, la marge de maneuvres est mince.

  7. Posté par Maurice le

    Magnifique et intelligente intervention de Péter Szijjártó, ministre des Relations économiques extérieures et des Affaires étrangères de la Hongrie, membre du Fidesz.
    La conclusion de Kinga Gál (eurodéputée hongroise, Fidesz) est impeccable : « Je pense que tout ce qui vient de se dérouler sous nos yeux est un procès d’intention, dont l’acte d’accusation est déjà prêt et dont le verdict a été écrit à l’avance, et que vous avez déjà décidé quel sera notre sort. C’est inacceptable. »
    La mise au point de Lívia Jároka (eurodéputée hongroise, Fidesz/Parti populaire européen) est si vraie qu’elle est interrompue…
    Etc. Où l’on voit avec quelle mauvaise foi la Hongrie est mise sur le banc des accusés coupables.
    Et dans une interview à propos du refus de l’immigration invasive en Hongrie, la journaliste Sophie Claudet, dans sa question, donne une définition très-orientée de la droite, définition malheureusement et volontairement partagée par toute la bien-pensance européenne :
    « Sophie Claudet : “Mme Sargentini, le fait que la Hongrie soit en train de glisser vers la droite avec tout ce que cela implique en termes de restriction des libertés, de discrimination à l‘égard des minorités qu’elles soient sexuelles, ethniques, etc. Est-ce quelque chose que vous étudiez dans le cadre de votre mission ?”
    https://www.google.ch/amp/fr.euronews.com/amp/2017/11/24/debat-la-hongrie-viole-t-elle-les-valeurs-europeennes
    Le diable, c’est ladite extrême-droite, mais aussi la droite !

  8. Posté par JeanDa le

    INCROYABLE !!!!! UNE TELLE MALHONNÊTETÉ ME FAIT VOMIR D’HORREUR !
    J’y vois clairement la trace de SOROS qui achète tous ceux qui pourraient lui rendre service dans son grand projet d’anéantissement des pays européens.
    L’ACCORD-CADRE « OFFERT » Á LA SUISSE = AU SECOURS, SAUVE-QUI-PEUT !!!

  9. Posté par Fanfouet le

    Parfaite démonstration de ce que pourrait être notre sort si par malchance nous adhérions à l’UE !
    Il semble bien que « l’oeil de Bruxelles » surpasse même « l’oeil de Moscou » du temps de la guerre froide.
    La conclusion irréfutable de cette séance surréaliste est que nous perdrions toute autonomie, toute indépendance, et deviendrions les serfs de l’UE, des laquais, du menu fretin juste bon à ouvrir son portemonnaie et exécuter la tête basse les ordres venus « d’en haut »…
    Cela fait froid dans le dos !

  10. Posté par toyet le

    Bon les petits suisses vous savez ce qui vous attend!continuez de voter comme à Genève.

  11. Posté par Socrate@LasVegas le

    C’est inoui!!!

    Et notre conseil fédéral veut faire croire aux Suisses que l’accord cadre qu’il veut leur imposer pour les museler à jamais…n’est qu’une formalité!!?

    …Si les Suisses ne comprennent pas MAINTENANT que leur liberté, démocratie directe et Constitution n’ont PAS DE PRIX, c’est simplement qu’ils ne les méritent plus!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.