Italie : Berlusconi donne son feu vert à un gouvernement antisystème, inédit en Europe

Berlusconi-comizio

Ndlr. Si cela réussit : un événement politique majeur pour l’Europe et contre l’UE.

L'ancien chef du gouvernement italien a donné son feu vert à un accord gouvernemental entre son alliée d'extrême-droite, la Ligue, et le mouvement antisystème 5 étoiles, mercredi. Cet accord pourrait mettre fin au blocage politique en Italie.

L'Italie pourrait-elle bientôt être dirigée par un gouvernement antisystème, inédit en Europe ? Le pays pourrait bien prendre cette voie, après que Silvio Berlusconi, ancien chef du gouvernement italien et leader du parti Forza Italia, a donné son feu vert à un accord gouvernemental entre son alliée d'extrême-droite, la Ligue, et le mouvement antisystème 5 étoiles, mercredi 9 mai.

Cet accord pourrait mettre un terme au blocage politique qui sévit depuis plus de deux mois en Italie. Lors des élections législatives du 5 mars, la coalition de droite - rassemblant entre autres Forza Italia et la Ligue - est arrivée en tête, menée par le parti d'extrême-droite, avec 37% des voix. Le M5S est arrivé premier parti, avec plus de 32% des votes, loin devant le Parti démocrate de centre-gauche, tombé à 19%.

La Ligue et le M5S, qui ont ainsi la majorité au Parlement depuis ces élections, devront désormais s'entendre sur un chef de gouvernement et un programme commun, après le feu vert de Berlusconi. Ce dernier, qui a dirigé la droite italienne pendant 25 ans, apparaissait jusqu'à ce jour comme le principal obstacle à un tel accord.

Des divergences importantes

Le président italien, Sergio Mattarella, s'était prononcé lundi en faveur d'un gouvernement "neutre" chargé de gérer le pays jusqu'en décembre, avant de nouvelles élections début 2019. Il devait présenter mercredi après-midi la personnalité choisie pour diriger cette équipe. Mais à la mi-journée, le palais présidentiel a toutefois annoncé que la Ligue et le M5S, fermement opposés à l'idée d'un gouvernement technique, avaient demandé un délai de 24 heures.

Dans un communiqué mercredi soir, Silvio Berlusconi a répété qu'il aurait souhaité la formation d'un gouvernement minoritaire, dirigé par la coalition droite/extrême droite."Le chef de l'Etat n'a pas considéré que cette voie était praticable, j'en prends acte", a écrit le magnat des médias.

Si une autre force politique de la coalition de droite veut assumer la responsabilité de former un gouvernement avec les 5 étoiles, nous prendrons acte de ce choix avec respect.Silvio Berlusconidans un communiqué

Il a toutefois précisé que les élus de son parti Forza Italia (FI) ne voteront pas la confiance à un gouvernement du M5S, jugeant qu'il n'avait "pas la maturité politique pour assumer cette responsabilité". Les divergences semblent importantes entre la Ligue, formation nationaliste proche du Front national français, qui a fait le plein des voix au Nord sur la promesse de baisses drastiques d'impôts, et le M5S, plus ambivalent sur l'Union européenne et plébiscité par le Sud pour avoir promis un revenu de citoyenneté.

Source

Nos remerciements à Λlex Λ

5 commentaires

  1. Posté par John doe le

    Vous avez encore pas compris que nous ne trouverons jamais notre salut dans la politique qu’elle soit de gauche ou de droite. Gouvernement « Anti-système » non mais laisser moi rire! Anti-système, c’est rien de plus que du marketing de ce revendiquer anti-systeme

  2. Posté par Gabrielle le

    D’accord avec Alberto.

  3. Posté par Vautrin le

    Le tout est de phagocyter les 5*. Pas facile, car il y a probablement du Soros derrière. Mais les Italiens méritent qu’on ne leur vole pas leur vote.

  4. Posté par Alberto Da Giussano le

    De toute évidence cette possibilité de former enfin un gouvernement, aussi nouvelle qu’incongrue, EST UN PIÈGE pour décrédibiliser la Lega !
    Car je peux vous affirmer que quasi tous les électeurs de base de la Lega se méfient des dirigeants du M5S (mais pas forcément de ses électeurs) comme de Judas et ne prenne pas au sérieux (si ce n’est en modèle de double-jeu) ce mouvement.
    Et qui plus est c’est Berlusconi imself (un maître en la matière !) qui s’en fait le portier !
    Quelle choix reste-t-il à la Lega ?
    Le seul possible, hors un renoncement qui serait perçu comme une preuve d’impuissance et de repli définitif dans une tour d’ivoire, est surement pour nous de foncer tête baisser dedans !
    Après ?
    Je fait confiance à la Lega et à Matteo Salvini pour nous en sortir en en ayant tiré (je ne doute pas pourtant de l’immense perfidie de nos nouveaux faux amis !) une gloire et un prestige renforcées !

    PS : le M5S est depuis sa genèse obscure dans les arrières cuisines de Soros un false flag ; sorte de PODEMOS à l’italienne, mais aussi creux et fragile qu’un soufflé au fromage qui n’a comme avenir possible que de se dégonfler ou … de se faire manger.
    http://www.lafdv.fr/images/20140518/2308_5107.jpg

  5. Posté par Bernard le

    Si le mouvement 5* a obtenu autant de voix c’est en raison de la promesse d’un revenu universel. La ligue du nord doit maintenant montrer chiffres en main que c’est une utopie. C’est une façon d’affaiblir ce mouvement loufoque.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.