Nos lecteurs nous parlent de leur quotidien…

Flèche

Je voudrais livrer une anecdote.

 

J'ai dépassé les soixante ans et me trouve désarmée devant le sans-gêne de "ceux qui habitent en Allemagne depuis peu", pour reprendre les mot de Merkel.

Je sais que je me ferai insulter, ou pire suivant l'heure de la journée) si je fais une remarque à un de ces "jeunes" qui agissent en conquérant. Mais je ne baisse pas les bras même si je sais que le combat est déjà perdu.

 

Je me trouvais à l'heure de pointe dans le tram qui me ramenait chez moi après ma journée de travail (concept apparemment inconnu des "nouveaux allemands"). Un ado d'environ 14 ans se tenait particulèrement mal. Il avait glissé sur son siège au point que seule la pointe de ses fesses reposait sur son siège. De cette manière il atteignait la banquette d'en face avec les pieds. Il barrait ainsi le passage qui permettait aux usagers de circuler dans le tram afin de trouver une place à quelques mètres de l'endroit où ils étaient montés.

Personne ne bronchait.

Tout le monde supportait en silence en faisant semblant d'être aveugle.

 

Voyant que son comportement provocateur n'entraînait aucune réaction, il s'est mis, après un moment, à siffler fort.

Là encore personne n'a bronché. Tout le monde a fait semblant d'être sourd de surcroît.

 

Il s'est alors couché en chien de fusil sur son siège, prenant bien plus de place que nécessaire... personne n'a relevé... Il s'est mis ensuite à genoux pour tambouriner sur la vitre... Ses pieds continuaient de gêner le passage, mais qu'importe puisque personne ne semblait vouloir passer devant le futur médecin ou devant le futur ingénieur qui lisait sans doute Goethe à ses heures perdues.

 

Et d'inventions en inventions destinées à asseoir son pouvoir ou peut-être à provoquer une réaction qui lui aurait donné l'occasion de casser du kouffar ou simplement de faire glapir ses nombreuses coreligionnaires (vu le nombre de basanés-ées présents-es, il aurait été généreusement aidé!) il a usé les nerfs de ceux qui faisaient comme s'ils n'en avaient pas (de nerfs!).

 

Ce petit merdeux (pardonnez-moi le mot, mais je n'en ai pas de meilleur) à la coupe de cheveux standart (signe de ralliement?) chez les envahisseurs (extrêmement courts sur les côtés et derrière la tête, bien plus longs sur le dessus) était accompagné d'une voilée encore jeune. Elle était, soit sa mère qui lui aurait donné naissance alors qu'elle était encore adolescente, soit sa soeur aînée. Cette femme ne réagissait absolument pas au comportement du petit crétin. Elle restait imperturbable, trouvant sans doute que cet  imbécile avait bien le droit d'afficher sa supériorité de mâle là et quand ça lui plaisait.

 

Je bouillais parce que je me sentais impuissante, mais je ne voulais cependant pas laisser passer un tel sans-gêne sans rien faire ni rien dire.

Mais que faire? Que dire?

J'ai eu une illumination!

 

Peu avant de descendre du tram, j'ai choisi délibérément de sortir par la porte qui m'obligeait à passer devant le sale môme. Je me suis arrêtée à la hauteur de la femme et avec un air de grande compassion, en lui touchant affectueusement l'épaule, je lui ai dit:

"Je suis tellement triste pour vous. C'est dur, non? Il est gravement déficient mental?"

 

Cette idiote a sursauté, m'a regardée, manifestement ulcérée par ma manifestation de sympathie mais n'a lu sur mon visage que de la pitié authentique. La suffocation lui avait totalement coupé le sifflet!

J'ai parcouru les deux ou trois mètres qui me séparaient de la sortie, jouissant intensément de la situation. J'ai surveillé les deux "Chances pour l'Allemagne" grâce à leur reflet dans la vitre. Mademoiselle Grande Soeur" ou "Madame Maman" adressait quelques mots à l'oreille du petit tyran. J'ai vu celui-ci Celui-ci se redresser, s'asseoir correctement, sortir son super Smartphone, I-pod, ou équivalent (vous savez, un de ces portables que jamais je ne pourrai m'offrir mais qu'ils ont tous) et commencer à jouer, comme n'importe quel ado de son âge qui s'ennuie dans le tram!

Je suis rentrée chez moi apaisée.

Françoise M.

7 commentaires

  1. Posté par Michel M. le

     » …si les modérateurs sont d’accord.  »
    Ils ne peuvent que l’être, devant un aussi beau texte qui narre une si  » belle rencontre  » !

  2. Posté par Francoise le

    Merci. J’adore les compliments.
    Une autre un de ces jours, toute aussi authentique, si les modérateurs sont d’accord.

  3. Posté par Victoria Valentini le

    Excellent! Bravo à Madame Françoise M. !

  4. Posté par Sergio le

    Merci Madame et bravo. Vous m’avez fait sourire de plaisir.

  5. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    Wow! Cette histoire est géniale! Parfaite pour illustrer l’interprétation que donne Marie Balmary, dans je ne sais plus quel bouquin, de « tends lui l’autre joue ». Ce fameux passage fort prisé de la bien-pensance. Marie Balmary montre que l’hébreu dit »une autre face » sachant que « faces » est toujours au pluriel en hébreu. Donc il s’agit de répondre avec une autre face que celle qui a été frappée. Ce qui coupe le circuit de l’escalade mimétique et désarçonne l’offenseur! Mais ce genre d’action ne se fabrique pas, on ne peut qu’en recevoir les modalités. Pour autant qu’on y soit disposé. Françoise M a, en effet, été illuminée, et a ainsi remporté une belle victoire! Le livre de marie Balmary doit être « Abel ou la traversée de l’Eden ».

  6. Posté par Antoine le

    Il y a de la débilité mais il y a aussi beaucoup de lâcheté de la part de tous les gouvernements (nos élus) et une très grande partie de la population qui baisse les bras …
    Malheureusement nous sommes tous confrontés à ce problème et c’est vrais qu’on ne nous donne aucun moyen pour lutter contre !!

  7. Posté par Tesniere le

    Oui.Chez moi il squattent l’entrée du quartier en se garant au milieu de la rue avec leurs voitures mais il ne faut rien dire sous peine de se faire lyncher.Alors j’ai trouvé le truc,je joue celui qui a des problèmes de freins avec sa voiture en faisant des grands gestes et en donnant des coups de volants mais sans klaxonner.Quand il me voient arriver ils se déplacent tous bien vite et me laissent accéder à ma place de parking.Quels bandes de clowns.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.